Meg, tome 2 : La Fosse – Steve Alten

Éditeur : Pygmalion

Date de sortie : 29 mai 2019

Page : 440

Prix : 20,90€

La note de Julia : 9/10

Résumé

Quatre ans après l’incident de la fosse des Mariannes qui a libéré un spécimen de Carcharodon megalodon, le plus gros et le plus féroce prédateur de toute l’histoire, Jonas Taylor veille aujourd’hui sur la progéniture survivante de la créature à l’Institut Tanaka. Profondément endetté, son dirigeant, Masao Tanaka, s »est tourné vers un milliardaire excentrique pour l’aider à maintenir l’établissement à flot, mais à quel prix? Enlisé dans un enchevêtrement de mensonges, en proie aux cauchemars, Taylor doit à nouveau faire face aux monstres qui hantent ses nuits. Seulement, cette fois, ce ne sont pas seulement les requins qu’il doit surveiller…

L’avis de Julia

Une suite tout simplement excellente !

Tout d’abord, merci aux éditions Pygmalion pour ce partenariat.

Lorsque j’ai vu que cette suite allait sortir, j’ai immédiatement sauté sur l’occasion et je me suis juste régalée.

Je n’avais pas pu lire le premier tome, mais j’avais beaucoup aimé le film, j’avais un peu peur de me lancer dans cette suite, pourtant, à deux ou trois détails près, je n’ai eu absolument aucun mal à suivre. Effectivement, lorsqu’il est question d’adaptation cinématographique, tout n’est pas forcément respecté à la lettre, bien sûr, il y a quelques différences, mais rien de trop flagrant et surtout, rien qui n’entrave la bonne compréhension du texte. J’ai alors pris un plaisir immense à retrouver cet univers qui m’avait tant plu à l’écran, plus qu’un simple requin géant, c’est également tout un monde sous-marin, incroyablement fascinant. Ici, nous allons plonger au cœur même de la fosse des Mariannes, ce lieu qui recèle encore maints secrets de nos jours, dont on sait très peu de choses finalement, laissant ainsi libre cours à notre imagination. Impossible de dire que le monde qui se dévoile sous nos yeux n’existe pas, il pourrait très bien évoluer à des milliers de kilomètres sous nos pieds, ce ne serait pas si invraisemblable que ça. A bien des égards, il peut nous faire rêver, des créatures extraordinaires le peuplent, mais très rapidement, on se rendra compte que de bien plus dangereuses se rapprochent plus du cauchemar infernal. Mais au-delà de la vie que l’on peut y trouver, c’est aussi un environnement propice à la cupidité de l’homme, qui, une fois passée la découverte, n’a pas peur de le dépouiller pour trouver le moindre élément de valeur. C’est dans ce cadre, que nous retrouvons Jonas, Mac et Terry, toujours enlisés jusqu’au cou dans cette effroyable catastrophe, que peut représenter la fuite de ce mégalodon, dont ils ne peuvent se défaire. Steve Alten a un véritable don, sa plume est à la fois très fouillée, parfois très scientifique, ce qui lui apporte une crédibilité assez bluffante, pour autant, elle reste toujours tout à fait compréhensible et surtout, véritablement fascinante. Il nous entraîne à travers une intrigue consistante, extrêmement riche en rebondissements, une véritable course contre la montre, une course à la survie même, rythmée de manière extrêmement vive et ne nous laissant aucun temps mort. On se rend compte de l’impuissance des hommes face à un tel monstre, de leur incapacité à pouvoir sauver la population du danger mortel qu’il représente et il est assez terrible de voir tous leurs efforts anéantis. Alors, je peux vous dire que certaines scènes ne seront pas évidentes, on ne nous cache pas les détails des nombreuses victimes, il est d’autant plus difficile d’y assister, lorsqu’elles sont totalement étrangères à la situation. D’ailleurs, il faut souligner l’importance de la psychologie dans cette histoire, que ce soit la culpabilité, la malveillance, la cupidité, tout est minutieusement recherché, tout est extrêmement fin, ça en est d’autant plus intense et d’autant plus fort émotionnellement.

« Jonas contemplait le plafond d’eau noire au-dessus de lui et se sentait en paix. Pour la première fois depuis onze ans, il n’avait plus peur. Et pour la première fois, il pouvait envisager l’avenir. »

En bref : La Fosse, c’est une suite absolument parfaite, d’une richesse à couper le souffle, elle nous fait plonger dans un monde oppressant, aussi fascinant, qu’effrayant et qui nous fait partager la pire facette des hommes, comme la meilleure !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s